Affaires, Lieux, Santé

Un centre d’hébergement à la place de l’ancien hôtel de ville de Saint-Antoine

Publicité

Le terrain où se trouvait l’ancien hôtel de ville de Saint-Antoine accueillera un centre d’hébergement pour personnes âgées et des adultes déficients intellectuels ou souffrant de la maladie d’Alzheimer.

L’établissement privé de deux étages, dont la construction est commencée au coût de 6 M$ sur le boulevard Saint-Antoine, comportera 46 chambres et un total de 52 lits. C’est une réalisation du Groupe Beskcorp, qui a construit et exploite depuis 2013 la résidence Au Cœur de la Vie, sur la rue Barrette à Saint-Jérôme.

Le rez-de-chaussée sera consacré à la clientèle gériatrique conventionnelle, alors que l’étage sera conçu pour deux clientèles spécifiques: d’une part, un «îlot fermé» destiné aux personnes souffrant d’Alzheimer et une autre section pour les déficients avec trouble du spectre de l’autisme.

Entente avec le CISSS des Laurentides

En vertu d’une entente conclue avec le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides, à la suite d’un appel d’offres, 37 des places offertes dans la future résidence seront comblées via le réseau de santé public. Ce sera le cas pour 16 lits gériatriques, 12 places pour personnes victimes d’Alzheimer et neuf pour déficients intellectuels. Les autres lits disponibles dans l’établissement seront disponibles sur une base privée.

Publicité

C’est la même formule qui est déjà offerte à la résidence de Saint-Jérôme, où l’on trouve 60 lits. D’ailleurs le nouveau centre d’hébergement aura le même nom, Au Cœur de la Vie. On y accolera toutefois les mots de Saint-Antoine afin d’évoquer sa situation sur le territoire de cette ancienne ville fusionnée à Saint-Jérôme en 2002. Beskcorp possède aussi une troisième résidence Au Cœur de la Vie, à Saint-André d’Argenteuil.

Une entreprise «familiale»

Société immobilière oeuvrant aussi dans les secteurs commercial et résidentiel, Besckorp est une entreprise exploitée par la famille Abiad. Son président, Georges Abiad, insiste d’ailleurs sur le caractère familial de la gestion de ses établissements.

«Nous sommes heureux de contribuer à offrir ces nouveaux services à la population jérômienne, dit M. Abiad. On veut aider les familles qui doivent prendre soin de leurs proches.»

Publicité

Le nouvel établissement, qui ouvrira graduellement en mai et juin, créera environ 35 emplois. Georges Abiad insiste sur l’encadrement très sécuritaire mis en place dans ses centres d’hébergement, à raison d’un employé pour quatre résidents le jour, un pour six le soir et un pour 12 la nuit.

Soulignons que ces nouvelles places d’hébergement de longue durée s’ajouteront aux 96 autres nouvelles places qui viennent d’être créées avec l’ouverture du CHSLD Louise-Faubert près de l’hôpital. Une bonne nouvelle pour la région de Saint-Jérôme où le manque de lits d’hébergement pour les personnes âgées est un problème depuis des années.

Henri Prévost
Journaliste d'expérience, Henri Prévost couvre Saint-Jérôme et les Laurentides depuis 40 ans.

Send this to a friend