Politique

Le maire et les conseillers municipaux de Saint-Jérôme veulent augmenter leur salaire d’au moins 20%

En vertu d’un projet de règlement rendu public le 24 janvier, le conseil municipal de Saint-Jérôme projette de se voter des hausses de salaire variant de 22 à 24%, et qui pourraient même atteindre 27% selon les modalités du règlement.

Publicité

Le projet de règlement est prévu pour adoption à la séance du conseil du 20 février. L’augmentation serait rétroactive au 1er janvier 2018. Le projet prévoit aussi que les salaires seront indexés à la hausse à chaque exercice financier. Le projet de règlement est disponible sur le site de la Ville.

 

Une dépense en hausse de 29%

En 2017, en excluant les allocations de départ des conseillers qui ont quitté, le total versé au maire et aux conseillers était de 544 000$. Ce montant sera de l’ordre de 700 000$ en 2018. L’écart est de 156 000$. C’est 29% de plus.

Le maire de Saint-Jérôme reçoit un salaire de base annuel pour l’ensemble de ses fonctions à la Ville. Les conseillers ont un salaire de base, plus des extras s’ils siègent sur des commissions ou à l’exécutif. Tous reçoivent en surplus une allocation non imposable, c’est-à-dire un montant en argent net.

Publicité

Pour 2018, le gouvernement fédéral a annoncé que les allocations des élus seraient désormais imposables ( ce n’est pas encore le cas pour Revenu Québec). Si on fait abstraction d’autres revenus qu’ils touchent possiblement, cette mesure pénalise le maire d’un montant net approximatif de 4000$. Dans le cas de membres du conseil, le même calcul donne une pénalité approximative de 2 200$. L’augmentation brute de M. Maher est de 28 000$, alors que la hausse moyenne des conseillers est de l’ordre de 10 000$

Stéphane Maher: 158 577$

En 2018, les contribuables verseront à M. Maher 24% plus d’argent qu’en 2017. Le maire a touché 115 449$ en 2017, et recevra 142 876$ en vertu du nouveau règlement. Ce montant inclut une somme de 16 476$ qui est non imposable par Revenu Québec. De plus, pour son siège à la MRC, Stéphane Maher reçoit 11 940$ par année en plus d’une allocation de 3741$. Les contribuables lui verseront donc, en 2018, un total de 158 557$.

Les conseillers encaisseront 22% de plus

Chaque membre du conseil touchera son salaire de 22 000$, plus 9282$ à titre de mandataire d’une commission. Le maire a confié une commission à chaque conseiller, une nouveauté depuis qu’il n’y a plus de partis d’opposition au conseil. S’ajoute, pour chaque conseiller, 15 641$ d’allocation non imposable, pour un total de 46 923$. C’est l’équivalent d’un salarié qui gagnerait environ 55 000$ par année.

Services locaux

Gilles Robert, Benoit Beaulieu et Johanne Dicaire: jusqu’à 27% de hausse

Le conseiller Gilles Robert, dont le maire Stéphane Maher a fait son maire suppléant sur une base permanente depuis 2013, touchera une augmentation encore plus forte, tout comme ses collègues Benoit Beaulieu et Johanne Dicaire, membres de l’exécutif.  Ils toucheront un salaire de base de 22 000$, plus deux primes de 9282$ chacun, puisque chacun est aussi mandataire d’une commission.

Dans le cas spécifique de Gilles Robert, la hausse sera de 27% par rapport à ses revenus de 2017. Ces trois conseillers toucheront chacun en 2018 57 040$.

Ajout de jetons de présence

Le conseil municipal annoncera aussi que les citoyens impliqués dans les comités de la ville seront désormais rémunérés à compter de 2018. En effet, ils recevront un jeton de présence pour chaque rencontre à laquelle ils assisteront. Les conseillers qui assisteront à ces mêmes comités toucheront eux aussi une somme de 100$ par rencontre qui s’ajoutera à leur rémunération.

Selon une estimation que TopoLocal a fait du nombre de comités, de rencontre et de membres, ces jetons de présence représenteront une dépense additionnelle  entre 15 000$ et 25 000$. Compte tenu de la composition des comités, plus de la moitié de cette somme sera versée à des conseillers.

Publicité

Les effets de la loi 122

Depuis l’adoption du projet de loi 122, il appartient aux conseils municipaux de fixer par règlement la rémunération de tous leurs membres. Les deux tiers des membres du conseil de la municipalité doivent être favorables au règlement, incluant la voix du maire. Dans le cas de Saint-Jérôme, cela signifie que si 5 conseillers s’y opposent, le règlement ne sera pas adopté.

Le montant maximal permis pour les allocations non imposables est maintenu à 16 475$. En vertu de la nouvelle formule en vigueur à Saint-Jérôme, tous les élus seront à plus de 90% de ce maximum.

Avant le 1er janvier 2018, Québec imposait un salaire maximum aux élus: le maire Stéphane Maher touchait d’ailleurs une somme très proche du maximum pour une ville de la taille de Saint-Jérôme.

La réponse du maire en 80 mots

TopoLocal a invité le maire Stéphane Maher à expliquer ce projet d’augmentation de son salaire et des autres élus du conseil municipal. Nous lui avons également indiqué que nous avions quelques questions mais il nous a répondu que nous recevrions une réponse écrite. Il nous a fait transmettre, par son adjoint Simon Geraghty, le texte suivant que nous reproduisons intégralement:

«Cette décision est le reflet de la charge de travail, des exigences et des responsabilités qui incombent aux élus dans une ville de la taille de Saint-Jérôme. Le conseil municipal a choisi d’ajuster la rémunération du maire à la grille salariale des hauts fonctionnaires. Suite à la réduction du nombre d’élus en 2012 et à la croissance constante de la population, nous tenons à rappeler que chaque conseiller et conseillère représente actuellement plus de 6 000 citoyens.»

1,55$ de plus en 2018

Avec les augmentations annoncées, si on établit le revenu d’un conseiller municipal de l’administration Maher à 47 758$ pour l’année qui commence, chaque citoyen investit 7,95$ du budget de la Ville de Saint-Jérôme pour être représenté par un ou une conseillère municipale. L’an dernier, un conseiller municipal coûtait 6,40$ par citoyen.

Charles Michaud
Cofondateur de TopoLocal, Charles Michaud a consacré 35 ans ans de sa vie professionnelle à l'information locale et régionale. On peut lui écrire à cm@topolocal.ca.

Send this to a friend