Affaires, Politique, Transport

Comment ferait-on le «grand déblocage» des Laurentides, selon le Parti québécois

Le chef du Parti québécois(PQ) Jean-François Lisée a passé une partie de la journée du vendredi 4 mai avec les gens des municipalités des Laurentides pour parler du réseau routier et de transport, et faire valoir les avantages de ce que le PQ appelle Le grand déblocage. Une partie importante de son programme électoral.

Publicité

M. Lisée a nommé entre autres tout le temps perdu par les citoyens et les entreprises qui utilisent la route pour rappeler que la congestion est un véritable obstacle au développement économique.

Le grand déblocage du PQ favoriserait l’ajout de départs du train de Saint-Jérôme ainsi qu’une gare à Mirabel.

Plus de départs du train = moins de voitures

Lisée a rappelé que le plan du Parti québécois propose plus de départs pour le train de banlieue ainsi que la construction de la gare prévue à Mirabel. Ces mesures augmenteraient, toujours selon le chef du PQ,  l’usage du train de 50%. Il mise sur les usagers actuels de l’autoroute 15 qui délaisseraient leur voiture pour se garer dans des stationnements incitatifs le long du parcours du train.

Des voies réservées, rapidement

Quant à l’autoroute 15, le PQ accélèrerait l’installation de voies réservées, quitte à en améliorer l’aménagement avec le temps.

«On est parfaitement d’accord avec la recommandation régionale de mettre des voies réservées et des bus rapides. À terme sur le terre-plein central, mais le plus vite possible en utilisant les accotements.»

Publicité

La circulation sur les accotements n’est pas une situation idéale, admet-il, mais à court terme, en attendant des aménagements dans la bande centrale, on pourrait avec un peu d’imagination implanter cette solution sur la 15 de façon sécuritaire.

La situation de la circulation sur la 15 est insoutenable, a-t-il ajouté. Il a cité une étude réalisée à la demande des maires de la couronne Nord de Montréal qui conclut qu’une hausse de seulement 5% du nombre de voitures d’ici trois ans va augmenter de 40% les heures perdues dans la congestion dans certains secteurs, et de 100% à d’autres endroits.

«On est dans un entonnoir où seulement un grain de plus fige tout le système. Pour nous il est urgent d’agir, autant pour la 15 que pour le train de banlieue. On devrait être en train d’inaugurer la mise en service de ces nouveaux aménagements, et pas seulement les annoncer.»

Le député de Saint-Jérôme Marc Bourcier en compagnie du chef du Parti québécois, Jean-François Lisée.

Un retard «inexcusable»

«Ce retard de 4 ans est inexcusable de la part du gouvernement actuel. Ils n’ont même pas commencé une étude pour le faire.»

Services locaux

«Dans ce cas-ci ce qu’on retient du REM, qui a beaucoup de défauts mais quand même des qualités, c’est que le REM, justement, a bénéficié d’une loi spéciale pour en accélérer la réalisation. Alors nous on souhaite accélérer la réalisation du grand déblocage parce qu’on ne peut pas attendre 3, 4, 5, ou 6 ans avant d’offrir aux gens de Laval et des Laurentides des solution de réduction de la congestion.»

Des «nouveaux incitatifs» à venir

Le député de Saint-Jérôme Marc Bourcier a dit que le PQ dévoilera au cours de la campagne «autre chose» en matière d’incitatifs financiers au covoiturage et à l’utilisation des transports en commun. «Trente-deux millions de voitures par année sur la 15 qu’on compte à la hauteur de Saint-Jérôme, c’est ennuyeux pour le tourisme et pour l’économie locale.  Sur la 13 et la 640 c’est pas mieux. Plus près de chez nous, les gens déplorent l’achalandage de la route 158 qui s’alourdit aussi, tout comme la 50 dans la région de Mirabel.»

«Je suis très fier qu’on se penche enfin là-dessus. Ça fait 15 ans qu’il ne se passe rien. Les gens ne sont pas de bonne humeur. Personne ne trouve ça drôle de se retrouver pris dans la circulation. La 15, c’est la cinquième autoroute la plus achalandée au Canada. On est victimes de notre succès, les gens veulent visiter les Laurentides, les gens aiment Saint-Jérôme, la population est en croissance, c’est heureux, mais il faut faire quelque chose pour la qualité de vie des gens. »

Les libéraux de Saint-Jérôme voudraient une station du REM à proximité de l’intersection de la 15 et de la 50: Jean-François Lisée affirme que le train existant ferait mieux le travail.

Pas d’accord pour le REM jusqu’à Mirabel

Informé de l’idée des libéraux de la région de prolonger le REM jusqu’à Mirabel, le chef du PQ affirme que le projet ne serait pas rentable. «Le REM a besoin d’une haute densité de population pour être rentable, il fera un déficit dans les comtés libéraux dans l’ouest de l’île de Montréal. C’est un système fait pour des courts trajets dans un espace densément peuplé. Nous avons plutôt proposé pour les gens de Deux-Montagnes des trains de banlieue améliorés, à deux étages, et plus de départs. Voilà comment augmenter le service en utilisant des installations existantes», dit Lisée.

Publicité
Charles Michaud
Cofondateur de TopoLocal, Charles Michaud a consacré 35 ans ans de sa vie professionnelle à l'information locale et régionale. On peut lui écrire à cm@topolocal.ca.

Send this to a friend