Affaires, Politique, Santé

Incertitude pour la clinique de radiologie à Saint-Jérôme

Est-ce que les Jérômiens auront enfin accès à une clinique de radiologie dans un avenir prochain? Peut-être pas malheureusement, à la lueur de l’imbroglio entourant l’implantation prévue de ce laboratoire d’imagerie médicale(LIM) dans la clinique en construction sur le boulevard J-B-Rolland, près de l’hôpital.

Publicité

Le permis de LIM qui avait été accordé à cet égard par le ministère de la Santé au radiologiste Jean-François Guité a été révoqué en janvier et l’incertitude plane quant à la mise en place de ce service fort attendu à Saint-Jérôme.

Le dossier a rebondi sur la scène nationale la semaine dernière alors qu’un reportage de l’émission Enquête à Radio-Canada traitait de décisions controversées du ministre de la Santé Gaétan Barrette, lui-même radiologiste, notamment dans cette affaire. L’an dernier, TopoLocal avait d’ailleurs fait état des difficultés entourant ce projet, d’abord en février puis en décembre.

Résumons les faits.

Après plusieurs années de démarches, l’implantation à Saint-Jérôme d’une clinique de radiologie par un groupe privé (mais avec entente de service avec le réseau public) était enfin en voie de se concrétiser. Celle-ci s’ajouterait ainsi aux services d’imagerie médicale déjà dispensés à l’hôpital jérômien, qui ne suffisent cependant pas à répondre à la demande.

Deux projets de cliniques

Parallèlement à la construction de son nouveau CHSLD privé-public sur les anciens terrains de la compagnie Cascades, le promoteur Médifice a entrepris d’ériger tout juste à côté une clinique médicale devant entre autre accueillir le LIM, en plus d’autres professionnels de la santé.

Publicité

En mai 2017, après avoir d’abord envisagé de réaliser un tel projet sur un site voisin, le docteur Guité, radiologiste à l’hôpital, concluait une entente de principe avec Médifice. Et en juillet, il obtenait d’ailleurs son permis de Québec. Selon Enquête, le ministre Barrette aurait pris cette décision à l’encontre de la recommandation de ses experts, qui favorisaient plutôt une autre proposition, déposée par le groupe Radiologix.

Or à l’automne, au moment où la construction de la clinique de Médifice est déjà amorcée, l’accord de Médifice avec le docteur Guité éclate, pour des questions financières et d’aménagement semble-t-il. Le médecin s’associe alors à un autre promoteur, Construction Guimond, en vue d’installer le LIM dans une clinique médicale à construire en bordure de l’autoroute 15. Le radiologiste dépose du même coup une demande à Québec pour que l’adresse du futur LIM soit modifiée en conséquence.

Permis révoqué

Les jeux de coulisses se multiplient durant des semaines, jusqu’à ce que, le 26 janvier dernier, le ministère révoque le permis accordé au docteur Guité. Le processus d’octroi d’une autorisation pour un LIM à Saint-Jérôme se retrouve ainsi relancé.

Dans ce contexte, Médifice a présenté un nouveau projet, cette fois avec le groupe Radiologix, qui exploite une quinzaine de cliniques de radiologie au Québec, notamment à Saint-Sauveur. Le président de Médifice, Marcel Landry, précise que la grande majorité des radiologistes de l’hôpital jérômien sont associés à ce projet.

Publicité

Ce n’est évidemment pas le cas pour le docteur Guité qui, toujours selon Enquête, ne ferait pas l’unanimité chez ses collègues. Au contraire, celui-ci a intenté à la fin de février un recours judiciaire contre le ministre de la Santé, dans le but de faire annuler la révocation de son permis de LIM.

Pour compliquer les choses, un ancien directeur général des radiologistes de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont(où il a travaillé avec le docteur Barrette), Éric Rousseau, devenu par la suite directeur général de Radiologix avant d’en être congédié, avait été embauché par Jean-François Guité comme conseiller pour son projet de LIM. M. Rousseau a renoncé à ce mandat peu avant la révocation du permis, « dans des circonstances plus que troublantes », lit-on dans la requête du docteur Guité déposée en Cour supérieure.

« Ça n’a pas d’allure! »

« Ma crainte, c’est que le ministère attende de régler le litige judiciaire avec le docteur Guité pour émettre un nouveau permis de LIM pour Saint-Jérôme », confie Marcel Landry, ce qui pourrait retarder de plusieurs années l’implantation de la clinique de radiologie, craint-il.

« Ça n’a pas d’allure! Saint-Jérôme est la seule ville de 75 000 habitants au Québec à ne pas avoir de clinique de radiologie », s’insurge le président de Médifice, dont l’entreprise est d’ailleurs en train de réaliser un semblable projet à Saint-Hyacinthe.

Publicité

Quant au projet Valéo, la nouvelle clinique qu’envisagent d’implanter le docteur Guité et Construction Guimond, Marcel Landry souligne que « ce n’est encore qu’un terrain vague sur le bord de la 15 », alors que la construction de sa propre clinique sera terminée cet été.

Il se questionne en outre sur l’appui que la Ville semble avoir donné à ce nouveau projet, notamment en regard d’un éventuel service de navette entre l’hôpital et cette future clinique, selon ce qui est allégué dans la requête du docteur Guité.

Pas de commentaires du ministère pour l’instant

Au ministère de la Santé, on précise que l’autorisation de LIM qui avait été accordée au docteur Guité était en fait une « pré-autorisation » et qu’elle a été révoquée « à la suite de changements dans le projet ».

Quant à savoir si et quand une nouvelle autorisation sera octroyée, une porte-parole du ministère indique qu’aucun commentaire ne sera émis « d’ici à la décision de la cour » sur le recours intenté par le docteur Guité.

Au moment d’écrire ces lignes, nos appels au docteur Jean-François Guité et chez Construction Guimond étaient restés sans réponse.

Henri Prévost
Journaliste d'expérience, Henri Prévost couvre Saint-Jérôme et les Laurentides depuis 40 ans.

Send this to a friend