Affaires, Histoire, Personnes, Petite histoire d'ici, Séries

Raymonde Thibault: Quand on magasinait encore «au village» à Saint-Jérôme

La petite histoire d’ici racontée par des gens d’ici

La Société d’histoire de la Rivière-du-Nord a mené une série d’entrevues audio ou vidéo avec des aînés de Saint-Jérôme et des villes environnantes. À travers leurs souvenirs et anecdotes, découvrez des aspects parfois méconnus de la petite histoire régionale, qui sont ainsi préservés pour la postérité.

Originaire de la région de Québec, Raymonde Thibault arrive en 1952 à Saint-Jérôme, où son mari, le docteur Jean-Paul Thibault, commence à pratiquer à l’hôpital inauguré deux ans plus tôt.

Publicité

D’abord installé rue Adélaïde du côté ouest de la rivière, le couple de nouveaux arrivants s’intègre progressivement à la vie jérômienne. Pour Mme Thibault, qui restait à la maison, cet apprentissage s’est d’abord effectué en allant faire des courses à pied au centre-ville, que tout le monde appelait alors «le village» ou encore «le carré». C’est là où se trouvaient la plupart des commerces. «Et tout le monde finissait par se connaître», se souvient Raymonde Thibault.

Elle évoque entre autres le Marché Jérômien de M. Cadieux et le Marché Central de M. Hamel, le Woolworth, la quincaillerie Laviolette, la boutique de vêtements pour dames Margot Potvin et le magasin de fourrure Beaulieu.

Le 5-10-15 sur la rue Saint-Georges, au centre-ville de Saint-Jérôme.
Le Woolworth 5-10-15 sur la rue Saint-Georges, au centre-ville de Saint-Jérôme.

La famille, qui comptait déjà un garçon et à laquelle s’ajoutera une fille, s’installera en 1956 sur la rue Du Domaine, alors que prenait forme le quartier résidentiel connu depuis comme le Domaine Parent.

Publicité
Les Dames Auxiliaires
Les Dames Auxiliaires s’impliquaient pour l’hôpital.

Épouse d’un médecin, Raymonde Thibault était bien sûr toute désignée pour s’impliquer dans les activités caritatives de l’hôpital, alors géré par des religieuses. C’était le cas avec les Dames Auxiliaires qui, deux fois par année, organisaient un «thé» pour amasser des fonds. L’événement avait lieu au renommé hôtel Lapointe, un établissement alors incontournable à Saint-Jérôme, rappelle Mme Thibault.

L'Hôtel Maurice, voisin de l'Hôtel Lapointe sur la rue Labelle à Saint-Jérôme.
L’Hôtel Maurice, voisin de l’Hôtel Lapointe sur la rue Labelle à Saint-Jérôme.

Les photos d’archives dans cette chronique sont issues des archives de la Société d’histoire de la Rivière-du-Nord.

La Société d’histoire de la Rivière-du-Nord a pour mission de conserver, protéger et mettre en valeur le patrimoine archivistique provenant principalement du territoire de la MRC de la Rivière-du-Nord.

Send this to a friend