Politique, Topos

Marc Bourcier veut être le prochain député de Saint-Jérôme

Marc Bourcier a annoncé son intention d'être le candidat du Parti québécois au parc Labelle, à Saint-Jérôme le 24 mai 2016.

Le conseiller municipal Marc Bourcier a annoncé mardi matin qu’il sera candidat à l’investiture du Parti québécois en vue de l’élection partielle pour remplacer Pierre Karl Péladeau à titre de député de Saint-Jérôme.

Publicité

Bourcier a choisi de faire son anonce debout dans le parc Labelle, au coeur du centre-ville. C’est en insistant sur la nécessité de «garder Saint-Jérôme dans le giron péquiste» que Bourcier a expliqué sa candidature.

Il était entouré d’amis et de sympathisants, dont l’ex-députée et ministre Lucie Papineau, de même que ses collègues du conseil municipal Mario Fauteux et André Marion.

Michel Gagnon, vice-président de l’association péquiste de Saint-Jérôme, assistait aussi au lancement, tout en insistant pour dire qu’il assistait à la rencontre à titre personnel et que sa présence ne constituait aucun endossement de la part de l’exécutif local.

Faire l’unité dans le comté

Marc Bourcier a ajouté qu’il se lance dans la course à la suite de nombreux appels de sympathisants et parce qu’il croit être capable de faire l’unité chez les militants péquistes du comté.

Publicité

«J’espère de tout mon coeur de jérômien que ma candidature saura rassembler et faire l’unanimité au sein du PQ et dans notre circonscription», dit-il.

Un candidat local

Bourcier a rappelé que Saint-Jérôme est tout autant une ville qu’une circonscription, et que sa connaissance du milieu lui procure des avantages indéniables dans la défense des dossiers qui touchent le quotidien des gens, qu’il veut «défendre avec passion».

Après le passage de Pierre Karl Péladeau, dont il a tenu à souligner le travail exceptionnel, Bourcier estime qu’il est important que Saint-Jérôme soit représentée par «un candidat fort, résolument engagé dans sa communauté, un gars de la place».

Il faut rappeler qu’aux élections municipales de 2013, Bourcier avait été le conseiller élu avec la plus forte majorité à Saint-Jérôme.

Services locaux

20160524-marc-bourcier-candidat-election-saint-jerome-pq

À quand le scrutin?

Péladeau ayant quitté le 2 mai, la loi exige qu’une nouvelle élection soit tenue au plus tard le 2 novembre 2016, c’est-à-dire dans les six mois de son départ.

Pour l’instant, les libéraux de Philippe Couillard sont les seuls à contrôler le calendrier de la prochaine élection partielle. Si l’élection était annoncée cette semaine, le vote pourrait avoir lieu dès le début de juillet.

La tradition fait qu’il n’y a pas d’élections durant les vacances d’été, mais on ne peut prédire ce que fera le gouvernement Couillard.

Publicité

Depuis 1997

La dernière élection partielle pour les électeurs de Saint-Jérôme remonte à 1997. À la suite de la démission du ministre Daniel Paillé à la fin de 1996, la péquiste Lucie Papineau était alors élue pour le premier de trois mandats.

Que fera la CAQ?

Déjà le vendredi 20 mai, le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, était de passage à Saint-Jérôme en compagnie de députés caquistes de la région pour marquer le terrain, en quelque sorte.

On devine que si la CAQ avait eu un candidat, il aurait été annoncé dès vendredi, ce qui laisse croire que le parti de M. Legault est toujours à la recherche d’une personne susceptible de déloger le Parti québécois.

On sait que le comté a déjà été représenté par Jacques Duchesneau, qui avait laissé la circonscription vacante alors que les élections générales de 2013 pointaient à l’horizon.

Publicité

Chez les libéraux, c’est encore le silence

Membre de l’exécutif libéral de la circonscription de Saint-Jérôme et militant libéral de longue date, Richard Bélisle n’avait pas de commentaire. «Les élections ne sont pas encore annoncées, donc nous n’avons pas de commentaire à faire pour l’instant.»

Services locaux

Send this to a friend