Culture, Éducation, Lieux, Personnes, Topos

Trois noms, deux salles, un débat

La salle André-Prévost de l'École polyvalente de Saint-Jérôme portera aussi le nom de Marie-France Danis, dès qu'En Scène quittera l'endroit pour occuper le Théâtre Gilles Vigneault.

Que peuvent bien avoir en commun Gilles Vigneault, André Prévost et Marie-France Danis?

Publicité

Ces jours-ci, les noms donnés aux salles de spectacle de Saint-Jérôme soulèvent des interrogations, des déceptions, et pour certains, de l’indignation.

Deux événements, qui ne sont pas du tout reliés, alimentent les discussions.

La nom de la nouvelle salle

D’abord, l’organisme En Scène, diffuseur des spectacles à Saint-Jérôme, a décidé de donner le nom de Gilles Vigneault à son nouvel édifice.

Personne ne conteste l’importance du poète et chansonnier de Natashquan dans le patrimoine québécois. Mais il se trouve des gens à Saint-Jérôme qui auraient préféré un nom plus local.

Publicité

Jean Beauséjour, le président d’En Scène, a défendu le choix de son organisme. «On ne peut satisfaire tout le monde, mais nous croyons que la décision d’honorer Gilles Vigneault est la bonne, autant pour l’importance du personnage que pour le rayonnement de la salle.»

En Scène menait des démarches depuis plus d’un an auprès du principal intéressé, qui a finalement accepté l’hommage, non sans dire, d’un ton un peu moqueur: «Je ne suis pas mort!»

Ce n’est pas étonnant que le choix d’En Scène provoque un débat. Les décisions unanimes, quand on touche aux symboles publics, sont rarissimes.

On prévoit terminer les travaux de construction du Théâtre Gilles Vigneault pour l'automne 2017, au centre-ville de Saint-Jérôme.
On prévoit terminer les travaux de construction du Théâtre Gilles Vigneault pour l’automne 2017, au centre-ville de Saint-Jérôme.

La salle André-Prévost devenue Marie-France Danis

Le second débat, plus corsé celui-là, concerne l’auditorium de l’École polyvalente de Saint-Jérôme, qui porte depuis 1970 le nom de salle André-Prévost.

Services locaux

André Prévost est un illustre compositeur de réputation internationale. Il est issu d’une famille qui a forgé l’histoire de notre région. Prévost n’avait que 35 ans quand son nom a été donné à l’auditorium de la toute nouvelle polyvalente.

La Société d’histoire de la Rivière-du-Nord a d’ailleurs reconnu André Prévost parmi les dix personnages marquants du patrimoine de Saint-Jérôme, avec trois autres Prévost.

Hommage à une femme très appréciée

Un groupe d’enseignants et d’élèves de la polyvalente de Saint-Jérôme ont proposé, il y a quelques mois, de nommer la salle en hommage à Marie-France Danis, une animatrice et éducatrice qui a marqué la vie de plusieurs étudiants.

Ses responsabilités auprès de la vie étudiante de l’école lui ont permis de tisser des liens importants avec beaucoup d’élèves. Outre bien d’autres activités, Marie-France Danis prenait en charge le spectacle de fin d’année et les activités de troupes de danse et de théâtre. Elle est décédée de façon inattendue au début de 2015 à la suite d’un cancer fulgurant.

Publicité

Pris avec deux noms

Il ne se trouve personne pour mettre en doute ni le génie d’André Prévost, ni la dévotion remarquable avec laquelle Marie-France Danis faisait son travail.

Mais contre toute attente, il semble que les autorités de la polyvalente aient décidé de changer le nom de la salle sans envisager, et encore bien moins expliquer, ce qu’il adviendrait du nom d’André Prévost.

«Inacceptable», selon Stéphane Maher

Une omission que le maire de Saint-Jérôme Stéphane Maher ne comprend pas, et juge inacceptable. D’autant plus que personne n’aurait communiqué avec la famille Prévost à ce sujet. «Je réitère que ça ne se fait pas. La direction de la polyvalente aurait dû prendre le leadership.»

Le conseiller municipal Mario Fauteux fait écho aux propos de son maire. «Désolé, mais on ne peut honorer quelqu’un en déshonorant quelqu’un d’autre. Le conseil d’établissement doit revenir rapidement sur sa décision et choisir un endroit plus approprié pour Mme Marie-France Danis», a-t-il écrit dans un message Facebook.

Publicité

De nombreux observateurs, unanimes à reconnaître la légitimité d’honorer Marie-France Danis, estiment que rayer le nom d’André Prévost n’était pas une option. Le musicien d’origine jérômienne Pascal Tremblay, dans une lettre ouverte, s’est porté à la défense d’André Prévost. La famille Prévost a exprimé sa déception, par le biais d’une lettre ouverte signée par le journaliste Henri Prévost, qui collabore aussi avec TopoLocal.

«Un espace privé»

Dans un communiqué, les dirigeants de la polyvalente, c’est-à-dire le président du conseil d’établissement Emmanuel Duran et la directrice Geneviève Bourdeau, affirment qu’ils ne changeront pas d’idée.

Le communiqué affirme que la décision de changer de nom est «conforme à ce que lui autorisent les normes en vigueur».

Le communiqué réaffirme la position de l’école à l’effet que le nom devait changer lorsque «l’auditorium redeviendrait un espace privé appartenant à la polyvalente Saint-Jérôme», et conclut que le nom de André Prévost disparaîtra de la salle dans un an.

Services locaux

Par contre, le communiqué précise que tout sera mis en oeuvre, au moment opportun, pour «garder vivante la mémoire de ce grand compositeur qu’a été M. André Prévost auprès de l’ensemble de la communauté apprenante de notre école». Ce souci de garder vivante la mémoire d’André Prévost est évidemment apparu après les protestations publiques.

Aucune signification pour les élèves

Emmanuel Duran a confirmé que personne ne s’est initialement soucié de la disparition du nom d’André Prévost «étant donné que ce nom n’avait aucune signification pour les élèves. On reconnaît qu’on a fait une erreur en n’avisant pas la famille du changement de nom», a-t-il reconnu.

M. Duran a aussi affirmé que la salle redevient «un espace privé» avec le départ d’En Scène. «C’est d’ailleurs eux qui lui avaient donné ce nom là», a-t-il ajouté.

TopoLocal lui a fait valoir qu’il se trompait, car le nom d’André Prévost a été donné à la salle en 1970, par les dirigeants de la polyvalente, bien avant la naissance d’En Scène.

Publicité

M. Duran a ensuite offert l’opinion qu’En Scène «aurait pu déménager le nom avec la salle», ajoutant que l’organisme a plutôt choisi de nommer la nouvelle salle en hommage à un artiste qui n’est pas de la région, avant de conclure que «Gilles Vigneault vient de la Côte-Nord».

Le président du conseil d’établissement maintient donc sa position. La salle changera de nom en juin 2017 car «ce ne sera plus une salle publique».

Send this to a friend