Politique

Stéphane Maher n’a pas l’appui de la Coalition avenir Québec

Le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher, lors de l'assemblée du conseil municipal le 20 février 2018.

Depuis la campagne de l’élection partielle dans Saint-Jérôme à l’automne 2016, plusieurs rumeurs faisaient de Stéphane Maher un futur candidat potentiel de la Coalition Avenir Québec(CAQ) dans la circonscription de Saint-Jérôme.

Publicité

La semaine dernière, selon des sources qui ont tenu à garder l’anonymat, la CAQ a informé son Comité d’action locale qu’elle ne veut pas de Maher comme candidat. C’est une annonce qui a plu à plusieurs militants caquistes locaux, qui ne voulaient pas de sa candidature non plus, mais craignaient malgré tout que les rumeurs se réalisent.

Il faut comprendre que les comités d’action locale de la CAQ, selon les règles du parti, n’ont pas le pouvoir de choisir les candidats, même s’ils ont la possibilité de faire des recommandations. À la CAQ, c’est le Comité national de sélection des candidats, formé par le chef, qui choisit tous les candidats dans chacune des circonscriptions.

Selon nos sources, le parti réserve la circonscription de Saint-Jérôme à un candidat qui est déjà choisi, mais dont l’identité est encore tenue confidentielle.

Des rumeurs et beaucoup de visibilité

Il fut un temps où un mariage entre Maher et le parti de François Legault semblait très probable. Le parti cherchait un candidat capable de gagner l’élection et Maher, qui se dirigeait vers une réélection sans opposition, aurait pu constituer un choix attrayant.

Publicité

Durant l’été 2016, Maher a été vu à maintes reprises en compagnie du candidat de l’époque, le maire de Saint-Hippolyte Bruno Laroche, mais Maher a toujours insisté pour dire, du moins publiquement, qu’il n’appuyait aucun candidat. Maher n’a pas hésité non plus à s’afficher publiquement en compagnie de François Legault.

Services locaux

Quelques membres de son conseil municipal, notamment des sympathisants et militants péquistes de longue date, avaient mal digéré la consigne que le maire leur imposait de ne pas prendre position alors que lui-même était fréquemment aux côtés du candidat Laroche.

Le maire a aussi pris plusieurs initiatives pour accroître sa notoriété au fil du temps, multipliant les lettres ouvertes aux médias nationaux et, depuis novembre 2016, en créant une page Facebook à son nom qui est gérée par du personnel du Service des communications de la Ville et par son adjoint exécutif Simon Geraghty.

Victime de la controverse?

Beaucoup d’observateurs qui s’attendaient à voir le maire Maher faire le saut dans une autre arène politique croient maintenant qu’il souhaite davantage terminer son mandat à la mairie de Saint-Jérôme.

Il est difficile de dire si c’est réellement par choix ou si ce qu’on appelle désormais une crise au conseil municipal aura motivé ce changement d’orientation stratégique.

Publicité

Send this to a friend