Opinions, Personnes, Sports

Saint-Jérôme n’est pas une ville raciste

Je pense que les incidents racistes survenus à l’aréna régional de Saint-Jérôme méritent certainement une réflexion.

Publicité

Sur l’événement lui-même, je n’ai pas grand chose à ajouter au débat. Si, comme moi et la plupart des gens qui en causent de nos jours, vous n’étiez pas là, je vous invite à lire le témoignage de Jonathan Diaby, livré avec sensibilité, intelligence et éloquence.

Son propos est un excellent point de départ si vous cherchez à comprendre. Non, ce n’est pas juste un déplorable incident de match. C’est la manifestation d’une attitude que nous ne pouvons accepter.

Je tiens à ajouter aussi que Saint-Jérôme n’est pas une ville raciste. C’est l’évidence même: ça prend une personne pour être raciste.

Services locaux

Oui, il y a des racistes à Saint-Jérôme. Comme il y a des menteurs, des voleurs, des chauvins, des étroits d’esprit. J’en ai déjà vu et entendu. Tout l’échantillon. Mais si on veut faire un portrait équilibré, je côtoie dans cette ville, depuis plusieurs décennies, des gens respectueux, justes, généreux et sympathiques. Et ils sont infiniment plus nombreux que les précédents.

Alors s’il vous plaît, lâchez-moi le Saint-Jérôme-ci, Saint-Jérôme-ça.

D’autant plus que la réaction des pouvoir publics est venue rapidement. Les maires de trois villes partenaires de l’aréna, Stéphane Maher de Saint-Jérôme, Paul Germain de Prévost et Louise Gallant de Sainte-Sophie, ont rapidement pris position. Non seulement le complexe sportif aura une tolérance zéro envers les propos et actes racistes, mais au moins un des initiateurs de l’incident est désormais banni des lieux.

Ce sera désormais tolérance zéro pour les propos racistes ou haineux à l’aréna Rivière-du-Nord.

Les Pétroliers du Nord, une équipe qui, si on se fie aux assistances, semble s’être trouvé une place à Saint-Jérôme, a aussi annoncé qu’elle fera le nécessaire pour contrer des incidents futurs.

Publicité

Que faire?

Et s’il vous arrive de vous demander ce que vous, vous pouvez faire? Certainement pas aller tapocher des zoufs dans un aréna, en tout cas.

J’ai une suggestion.

Écoutez bien autour de vous. Dans la vie de tous les jours. Chaque petite remarque. Chaque petite «joke» qui fait semblant d’être innocente. Chaque «on sait bien». Chaque petit jugement basé sur rien du tout. Chaque petit commentaire issu de la crainte plus que de la compassion, de l’ignorance plutôt que de l’ouverture. Pas besoin d’attendre une bagarre dans un aréna pour en voir…

Ça arrive des centaines de fois par jour. Ça vise parfois la race d’un individu, mais aussi un vêtement, un lieu, un symbole, une croyance, une condition sociale.

C’est là, mes amis, que nous devons combattre. Chaque petit mot. Chaque petit regard. Même quand il vient de soi-même.

Publicité
>

Send this to a friend