Incidents

Un toit s’effondre sur le boulevard La Salette

Six personnes ont dû rapidement quitter leur logement dans la soirée du 16 février à Saint-Jérôme alors que le toit de leur logement s’est écroulé sous le poids de la neige.

Publicité

Les occupants de l’immeuble ont réussi à quitter les lieux quand les signes avant-coureurs se sont manifestés. Ils ont été quittes pour une solide frousse, mais on ne déplore pas de blessés.

Malgré les dégâts tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, on ne déplore aucun blessé.
L’effondrement a propulsé hors de l’entre-toit une partie de l’isolant qui se trouvait dans la structure.

Quatre personnes ont été prises en charge par le service d’aide aux sinistrés et la Croix Rouge, tandis que deux autres ont pu s’organiser en faisant appel à des proches. Deux ambulances sont rapidement arrivées sur les lieux, mais aucune intervention médicale n’a été nécessaire. Trois autres personnes, absentes au moment de l’incident, devaient aussi être contactées par la Croix Rouge dans les heures suivantes.

« Hier soir il n’y avait pas de motels de disponibles à Saint-Jérôme. Les personnes évacuées ont été logées à Blainville, nous a dit Steeve Weightman, président de l’Association d’aide aux sinistres des basses laurentides (AASBL). La Croix Rouge défraie habituellement trois nuitées dans des hôtels et offre aux sinisitrés des bons d’achat pour se racheter les nécéssités dont ils ont besoin et aussi pour des repas dans des restaurants. »

Services locaux

Comme c’est souvent le cas, l’AASBL a dépêché son unité mobile sur les lieux pour les secours immédiats, un autobus modifié avec cuisine, toilettes et banquettes/coffres, trousse de premiers soins, défibrilateur, et oxygene. L’autobus peut accueillir environs 20 a 25 personnes.

Autour de 22h

Une dizaine de pompiers de Saint-Jérôme ont répondu à l’appel autour de 22h et se sont rendus au 992 La Salette. L’édifice comprend sept logements à l’étage. Le rez-de-chaussée est occupé par des espaces commerciaux, le plus important étant celui de la boucherie Des Chênes.

Quelques curieux s’arrêtaient devant les lieux dimanche matin. L’édifice était entouré d’un cordon de sécurité. La boucherie était évidemment fermée. L’alimentation en eau ainsi que l’électricité ont été coupés par précaution.

L’effondrement a propulsé hors de l’entre-toit une partie de l’isolant qui se trouvait dans la structure.

La prudence est de mise

Michel Durocher, du service des incendies de Saint-Jérôme, a aussi informé TopoLocal que deux autres appels ont été reçus dimanche concernant des toits enneigés qui inquiétaient les occupants. Quand les pompiers ne détectent aucun signe de danger, leur intervention se limite à une inspection et à recommander de déneiger sans délai.

Publicité
Non loin du lieu du sinistre, la toiture de l’église du boulevard La Salette, malgré son toit en pente, donne une bonne idée de l’accumulation de neige. À noter que le sous-toit ici a été déneigé.

Les signes avant-coureurs habituels des effondrements de toiture sont la présence de fissures inhabituelles dans les murs et des déformations du plafond. Quiconque observe ces manifestations dans sa maison ou son logement doit prendre des mesures immédiates pour voir au déneigement des toits.

La pluie verglaçante qui accompagne les journées de redoux contribue énormément à ajouter du poids sur les structures.

Un certain nombre d’effondrements se sont produits au Québec depuis quelques jours. Sans doute que les déneigeurs de toiture ne chômeront pas cette semaine.

>

Send this to a friend