Causes, Personnes

Un dimanche matin avec les Optimistes

Tous les dimanches, les membres du club Optimiste de Saint-Jérôme déjeunent ensemble. Ce matin-là, le 4 novembre, on en comptait facilement une quarantaine.

Publicité

Presque en famille

L’ambiance est sympathique, comme dans un déjeuner familial. Cela en grande partie parce que ça se passe exactement comme en famille. Ce jour-là c’était au tour du président sortant André Allard, qui était accompagné de sa conjointe et de sa mère, de préparer le repas pour tout le monde.

La tâche de préparer le déjeuner est assignée à chacun des membres du bureau de direction environ deux fois par année.

Pour certains c’est facile: André Allard est cuisinier de son métier et a été traiteur une bonne partie de sa vie. Pour d’autres, c’est un apprentissage «mais de toute façon, on se trouve toujours de l’aide» ajoute André Riopel, mon voisin de table, le vice-président du club.

André Riopel est heureux que je sois venu. «Si tu n’avais pas été là, j’avais une amende à coup sûr, parce que j’avais confirmé à la présidente que je t’avais invité.»

Publicité

Les amendes

Les célèbres amendes font partie du folklore des clubs Optimistes depuis toujours. C’est un des éléments de la partie «moins sérieuse» de la rencontre hebdomadaire, m’explique André Riopel.

Les membres se font reprocher des offenses plus ou moins graves, et doivent verser des sommes d’argent pour se racheter. C’est la présidente qui, sur proposition des membres, décide des montants. Toujours des petites sommes. En fait, on s’amuse plus qu’autre chose. Évidemment, oublier de porter son épinglette du club est un affront grave. J’ai vu de mes yeux des membres écoper d’amendes de 1$!

C’est Johanne Crépeau qui préside le club Optimiste Saint-Jérôme à l’occasion de sa 51e année d’activités.

La présidente a aussi imposé une amende sévère ce matin-là à deux membres qui se sont installés à sa place et dans la chaise habituellement réservée à la trésorière.

Le matin du 4 novembre, le club intronisait une nouvelle membre en la personne de Nicole St-Onge(à gauche sur la photo). Elle est ici accompagnée de Lise DelaSablonnière.

Tout le monde joue le jeu de bon gré. Les recettes s’ajoutent aux fonds généraux du club, dont la vocation, l’aide à le jeunesse, est bien installée dans son histoire depuis toujours.

Services locaux

Le travail des Optimistes sur le terrain

Après qu’on ait rigolé et que les Optimistes aient chanté ensemble leur chanson et récité leur credo, il arrive une partie du meeting qui porte sur le travail à faire. La partie sérieuse, m’a-t-on expliqué.

Les Optimistes sont un club social actif. En fait, depuis sa fondation il y a 50 ans, le club de Saint-Jérôme a déboursé plus de cinq millions de dollars pour soutenir ses différentes oeuvres.

En ce début de novembre, l’ordre du jour est assez chargé. Entre autres, il y a la distribution des paniers de Noël à préparer. Tous les ans, cet événement est une sorte de grande guignolée au cours de laquelle les membres du club, aidés d’une petite armée de bénévoles recueillent, préparent et distribuent des paniers de produits alimentaires.

Les membres de l’exécutif: Pierre Paquette, Diane Ouellette, Déane Dusseault, Lise DelaSablonnière, Gérard Bourcier, Serge Barrette et Jacques Rivard, et à l’avant André Riopel, la présidente Johanne Crépeau et André Allard.

Ainsi beaucoup de familles et de personnes dans le besoin verront leur garde-manger rempli pour le temps des Fêtes. C’est une dépense que beaucoup de gens peuvent se permettre sans y regarder deux fois, mais pour d’autres, c’est un don qui change un peu de leur vie au moment où il est de bon ton de célébrer.

Publicité

Un autre comité s’occupe d’accompagner des chorales dans les CHSLD. D’autres encore assurent la campagne annuelle de vente de gâteaux aux fruits. Il y a aussi les billets de tirage Opti-Voyage à vendre, et quantité d’autres activités qui profitent à la collectivité.

Voilà ce qui se passe dans les rencontres du club Optimiste. On se côtoie, on y forge des amitiés, et chacun contribue à améliorer le monde qui l’entoure. Fidèle à son credo, le club incite ses membres «à ne songer qu’au mieux, à ne travailler que pour le mieux, et à n’espérer que le mieux». Pour le bien de plusieurs.

Send this to a friend