Causes, Éducation, Histoire, Lieux, Politique

Le Cégep de Saint-Jérôme vend le Manoir Belle-Rivière à la Ville de Mirabel

Après plus de deux ans de négociations, la ville de Mirabel s’est entendue avec le cégep de Saint-Jérôme pour l’acquisition du Manoir Belle-Rivière, un bâtiment patrimonial datant de près de 220 ans.

Publicité

Le magnifique immeuble de pierre, construit par les Père sulpiciens dans le secteur Sainte-Scholastique, continuera ainsi à être utilisé à des fins publiques.

Le manoir d’inspiration française avait bien sûr été exproprié en 1969 par le gouvernement fédéral, lors de l’implantation de l’aéroport de Mirabel. Après qu’il ait été offert en location durant une vingtaine d’années, le cégep jérômien en avait fait l’acquisition en 1988, pour la somme symbolique de 1$, afin d’y installer son Centre de formation en environnement.

Ce centre collégial a plus tard cessé ses activités et le Manoir avait alors de nouveau été loué à différentes organisations, notamment à la députée de Mirabel d’alors, Denise Beaudoin.

Mésentente sur le prix d’acquisition

Il y a deux ans, le cégep avait indiqué sa volonté de se départir du Manoir, compte tenu des importants coûts d’entretien et, surtout, du fait que le bâtiment n’avait plus une vocation liée à l’enseignement, ce qui constituait pourtant une des conditions de sa cession par le fédéral en 1988.

Publicité

Dès lors, le collège considérait la Ville comme un acquéreur naturel pour ce joyau du patrimoine et l’administration municipale avait d’ailleurs manifesté son intérêt. Les deux parties n’arrivaient toutefois pas à s’entendre sur le prix de la transaction.

Comme l’avait révélé TopoLocal à l’époque, le cégep espérait obtenir la valeur marchande de l’immeuble, soit environ 600 000 $, alléguant avoir investi des sommes importantes dans sa restauration, en sus du prix d’achat symbolique. Ce montant était toutefois trop élevé au goût de la ville et le maire Jean Bouchard avait alors sensibilisé les autorités gouvernementales au risque que le bâtiment passe aux mains d’un propriétaire privé.

La directrice générale du Cégep de Saint-Jérôme, Nadine LeGal, remet symboliquement la clé du Manoir au maire de Mirabel Jean Bouchard.
La directrice générale du Cégep de Saint-Jérôme, Nadine LeGal, remet symboliquement la clé du Manoir au maire de Mirabel Jean Bouchard.

Une entente « satisfaisante pour les deux parties »

C’est 400 000 $ que paiera finalement la Ville, a confirmé le maire Bouchard à TopoLocal. « Cette entente est satisfaisante pour nos deux parties puisqu’elle reconnaît à la fois les sommes que le cégep a investies au fil des ans dans ce bâtiment et son importance dans le paysage mirabellois », a précisé le maire lors de l’annonce officielle de l’accord, le 24 octobre dernier.

« Nous sommes heureux que la valeur architecturale et culturelle incontestable du Manoir soit préservée de si belle façon par la Ville au bénéfice de la communauté », a ajouté la directrice du collège, Nadine LeGal.

Services locaux

La ville entend en effet protéger le Manoir et le rendre accessible à la population. Le maire Bouchard évoque entre autres l’aménagement de sentiers et d’aires de détente sur le terrain. Un bâtiment secondaire, situé à l’arrière, devrait être aménagé pour accueillir les services de Tourisme Mirabel.

Vocation à long terme à définir

Quant au bâtiment principal, classé patrimonial depuis 1963, il abritera à court terme le service municipal de l’Environnement, en attendant un nouvel agrandissement de l’hôtel de ville.

La grande salle du rez-de-chaussée pourrait par ailleurs être disponible pour la tenue d’expositions ou d’événements. La vocation à long terme du bâtiment reste cependant à définir.

Quant au Centre d’interprétation de l’expropriation, un projet visant à préserver la mémoire de cet événement marquant et dont les bureaux se trouvaient au Manoir Belle-Rivière jusqu’à récemment, il verra le jour le printemps prochain au cœur du village de Sainte-Scholastique à la Maison Jean-Paul-Raymond, du nom de celui qui fut un des leaders des expropriés à l’époque.

Publicité
Henri Prévost
Journaliste d'expérience, Henri Prévost couvre Saint-Jérôme et les Laurentides depuis 40 ans.

Send this to a friend