Personnes, Politique

Marc Bourcier n’a pas songé à la mairie… encore

« Ça ne m’a pas effleuré l’esprit… encore. » Voilà la formule plutôt révélatrice que Marc Bourcier a utilisée pour dire qu’après son mandat comme député de Saint-Jérôme, il ne voulait pas envisager tout de suite une possible candidature à la mairie en 2021.

Publicité

« Je sais qu’il y a des rumeurs. Je souris. Oui, ça me fait rire. Bien sûr j’aime ma ville, j’aime les gens qui y habitent. Si on a l’ambition et la volonté qu’elle le devienne, je sais que Saint-Jérôme peut réellement devenir une belle et grande ville où il fait bon vivre. Mais pour l’instant, en ce qui me concerne, je n’envisage aucun retour en politique. »

« Je veux même prendre un peu de recul, prendre un peu de temps avec ma conjointe, ma famille et mes amis… »

Un adversaire pressenti de Maher

La déclaration de Bourcier ne suffira certainement pas à calmer les ambitions de plusieurs de ses sympathisants militants qui, au lendemain des élections d’octobre, le voyaient déjà candidat à la mairie.

Il faut dire que l’entourage du maire Maher, qui, publiquement, disait du bout des lèvres vouloir collaborer avec Bourcier alors qu’il était député, l’a toujours considéré comme un ennemi politique. 

Publicité

Pour l’instant, la prochaine course à la mairie à Saint-Jérôme n’aura lieu que dans trois ans. À moins qu’une enquête présentement en cours d’Élections Québec n’aboutisse avec des accusations qui mettraient en doute l’éligibilité de Maher.

Cette enquête porte sur la façon dont l’actuel maire de Saint-Jérôme a écarté de son équipe Mario Fauteux et André Marion pour les remplacer à la toute dernière minute par les conseillères Sophie Saint-Gelais et Mylène Laframboise. 

Officiellement retraité de la politique

En faisant l’autopsie de son mandat comme député de Saint-Jérôme, Marc Bourcier rencontrait les médias une dernière fois le 24 octobre 2018 avant, a-t-il dit, de « mettre un terme définitif à mon aventure en politique ».

Quant au verdict des électeurs, « je respecte leur choix et je souhaite la meilleure chance au nouveau député Youri Chassin. Si on me demande pourquoi ce résultat, je ne peux pas répondre à ça. Je vais laisser le soin à mes amis du caucus du Parti québécois de faire leur introspection. »

Services locaux

« Je ne sors pas amer de mon mandat. Au contraire, mes concitoyens m’ont permis de vivre une expérience extraordinaire en me faisant le grand honneur de les représenter à l’Assemblée nationale. J’ai aussi pu compter durant mon mandat sur une équipe extraordinaire à mon bureau de comté. »

« Je tiens à remercier les bénévoles de ma campagne de 2018, des gens de conviction qui nous ont permis d’aller au-devant des gens et de faire valoir notre message. Chacun d’entre eux va meubler mes souvenirs pour toujours. » 

« Je suis fier des interventions que nous avons faites auprès du gouvernement au nom de la région, entre autres l’obtention du feu vert à l’agrandissement de l’hôpital, et aussi un ajout de 46 M$ dans les budgets de la santé en région pour corriger les iniquités régionales. »

Le député sortant Marc Bourcier a fait sourire ses collaborateurs en affirmant qu’il comptait reprendre sereinement sa vie de retraité… et son poste de joueur de troisième but à la balle-molle! Il est accompagné ici de ses ex-attachés politiques Michel Métivier et Michel Gagnon.

« Dans de nombreux dossiers du comté, nous avons rencontré, l’équipe et moi, des gens sincères, engagés dans diverses causes et ce fut un privilège de les épauler. Je songe à Nathalie Prud’homme, une femme d’exception que je n’oublierai jamais, et dont on a appuyé les revendications au nom des victimes de cancer. » 

Publicité

« Il n’y a pas de meilleur feeling que de pouvoir aider quelqu’un qui demande de l’aide. Nous avons eu le plaisir de soutenir le travail de nombreux organismes bénévoles et nous avons eu le souci de transférer tous nos dossiers au bureau du nouveau député pour l’aider à continuer le travail. »

« C’est aussi ça la job d’être député, c’est d’aider le monde. Et je l’ai fait avec passion. Des cas d’impôt, des cas d’aide sociale, des cas de coupure d’électricité, souvent notre travail est de faciliter les choses entre les citoyens et le gouvernement. »

« J’ai toujours été, d’abord et avant tout, fièrement jérômien, et mon travail de député pendant 18 mois m’a conduit à formuler un diagnostic que j’ai traduit dans mon programme électoral. Ma plus grande déception ce sera de ne plus jouer le même rôle dans la réalisation de ces grands projets, mais je suis confiant qu’ils iront de l’avant. »

« Je rentre dans mes terres »

« Je ne veux pas être une belle-mère. Je ne ferai pas d’interventions publiques, mais je reste préoccupé par les enjeux de Saint-Jérôme. C’est sûr que l’urgence reste un problème important. Je crois beaucoup au projet d’une mini-urgence à Youville, puisque l’édifice est déjà là. Il faut trouver un endroit pour répondre aux nombreux cas à faible priorité (désignés comme P4 et P5) qui engorgent l’urgence. »

Publicité

« Je projetais aussi dans un deuxième mandat de piloter un mandat d’initiative pour protéger les fonds de retraite des entreprises. Quand on songe aux travailleurs de Nortel, de Sears, et d’autres entreprises qui sont passées proche, on ne peut accepter que les rentes d’autant de retraités ne soient pas mieux protégées. Je sais que c’est de juridiction fédérale, mais une motion unanime de l’Assemblée nationale aurait eu un poids énorme pour influencer Ottawa à mieux protéger ces personnes en cas de faillite de leurs ex-employeurs. Je vais rester aux aguets… et j’aurai du temps pour recommencer à jouer à la balle molle! »

Send this to a friend