Opinions

Les hontes et l’Halloween

À la veille de l’Halloween, j’ai lu ce matin un titre qui m’a fait réfléchir…

Publicité

(Vous vous dites déjà: «Bon, en voilà un qui réfléchit. On s’en va où, là?»)

Women dress as “sluts” on Halloween because it’s the one night of shame escapism

Lianna Brinded, Quartz.com 31 octobre 2017

On y évoque cette habitude que des femmes ont de s’habiller sexy (avec plus ou moins de goût, parfois) au nom de cette soirée où on suspend la honte. L’idée s’arrête aux femmes, mais à voir la façon dont tous les autres sexes s’habillent aussi pour la fête, je dirais que la honte est suspendue de façon assez universelle.

Ce qui me trouble le plus dans cette affirmation, c’est de constater que la honte individuelle, tout autant qu’elle soit suspendue le 31 octobre, prenne autant de place le reste de l’année. (Assurément plus pour les femmes que les hommes, mais il s’agit d’une autre discussion.)

Publicité

Pourquoi la honte?

Il est donc question de suspendre la honte, un jour par année. Le matin même où je réfléchis (oui, oui…) à cette situation, je brasse aussi certaines nouvelles des derniers jours: un grossier personnage est élu président au Brésil, l’Arabie Saoudite ne répond plus de ce qu’elle a fait d’un journaliste entré dans son consulat et 11 personnes ont été tuées par balles dans une synagogue par un antisémite à Pittsburgh.

Je lis aussi une nouveauté: trois animaux vertébrés sur cinq sont disparus depuis 1970 sur la planète. Heureusement, la plupart des vertébrés que je connais(mes amis, ma famille, etc.) sont encore de ce monde.

Et au début du mois, on nous expliquait qu’il faudra changer beaucoup de choses pour limiter l’augmentation de la température moyenne à seulement 1,5°C d’ici 12 à 34 ans.

J’ai honte de mon espèce. Je rêve parfois d’être un chevreuil ou une araignée… Ainsi, je n’aurais peut-être pas conscience du délabrement ambiant et je pourrais concentrer tous mes efforts sur ma survie personnelle.

Services locaux

Je pense que la vie d’un humain peut être ailleurs.

Je m’adresse à tous les costumés du monde, ceux de Bellefeuille comme ceux de Sainte-Sophie, d’Istanbul et Jakarta. Vous pouvez vous déguiser comme vous voulez et ce, n’importe quel jour de l’année.

Je porte moi-même un costume de journaliste/entrepreneur le jour, de papa bienveillant à l’heure du souper et je vous épargne la variété de mes autres costumes.

J’essaie pourtant de faire une chose: attention aux autres.

Publicité

Est-ce qu’on peut compter sur vous pour être des humains qui ne détruisent pas leur entourage, aujourd’hui, demain et ensuite?

Joyeuse Halloween! (Bin oui, c’est féminin!)

Send this to a friend