Histoire, Lieux, Personnes

À 132 ans, le cimetière de Saint-Jérôme se renouvelle

Le cimetière de Saint-Jérôme vit actuellement une phase de transformation qui permettra d’en moderniser les pratiques et d’assurer la pérennité de cette institution créée par le curé Antoine Labelle il y a… 132 ans!

Publicité

La première étape de ce virage, amorcé l’an dernier, consistait en la vérification des 7920 lots existants, où sont inhumés plus de 40 400 défunts. Une tâche colossale menée par la nouvelle coordonnatrice du cimetière et sa petite équipe.

« Nous sommes passés à travers chacun des dossiers », souligne Caroline Forget, expliquant que l’objectif était de mettre à jour les informations sur les concessionnaires. Et de fait, dans environ 900 cas, les renseignements disponibles ne permettaient pas de les retracer.

À la recherche de centaines de concessionnaires de lots

C’est ainsi que des étiquettes ont été apposées sur les monuments concernés, demandant à quiconque pouvant retrouver ces concessionnaires de se manifester.

« Nous avons eu beaucoup de retour », se réjouit Caroline Forget, admettant tout de même qu’on recherche encore la moitié de ces détenteurs de lots. « Dans bien des cas, c’est parce que les gens ne sont simplement pas au courant », croit-elle. Après tout, rares sont les personnes qui fréquentent le cimetière assidûment…

Publicité

Et qu’adviendra-t-il des lots orphelins? « Si le dossier n’est pas à jour, il n’y aura pas d’inhumation possible sur ce terrain », explique la coordonnatrice. En théorie, au terme d’un processus légal, la Fabrique de la paroisse pourrait éventuellement reprendre possession de ces lots et même en retirer les monuments.

« Mais ce n’est pas prévu pour le moment », assure Caroline Forget, insistant sur le fait que la Fabrique tient à faire les choses de façon respectueuse. « On a une belle histoire : on ne veut pas la perdre », ajoute-t-elle. Quant aux défunts qui reposent dans ces terrains, ils sont bien sûr là pour y rester!

La perpétuité a une fin…

Cette opération de mise à jour a aussi bien sûr un aspect financier. Les terrains au cimetière font l’objet d’un droit de concession qui, dans beaucoup de cas, avait été payés « à perpétuité ». Or, cette notion de perpétuité signifie 99 ans. « Plusieurs viennent à échéance cette année et les concessionnaires seront contactés pour renouveler leur contrat », souligne Caroline Forget.

Services locaux

Le cimetière contactera aussi ceux dont le contrat sera échu dans les prochaines années pour leur offrir de renouveler dès maintenant. Depuis quelques années (et également à l’avenir), le droit de concession est consenti pour 50 ans au maximum.

En parallèle, les concessionnaires seront également sollicités pour contribuer aux frais d’entretien du cimetière, même ceux qui avaient  conclu un contrat d’entretien à perpétuité. « On s’entend que ce qui était chargé à l’époque pour l’entretien à perpétuité ne suffit plus aujourd’hui », explique la coordonnatrice. « Notre but est de maintenir un cimetière accueillant et en bon état. »

Un montant de 650 $ pour 10 ans sera proposé. Ceux qui préféreront ne pas acquitter cette facture devront s’attendre à payer des frais supplémentaires lors des prochaines inhumations dans leur concession.

Dans la semaine du 20 août, quelque 4000 concessionnaires de lots recevront une lettre du cimetière pour les informer de leur situation personnelle. Seuls les détenteurs de lots concernés par un changement seront contactés. On suggère toutefois à ceux qui ne recevront pas de lettre d’appeler au bureau du cimetière (450 432-9741 poste 100) pour vérifier l’état de leur dossier. « Ce sera peut-être des gens que nous n’avions pas retracés », espère Caroline Forget.

Publicité

Des fleurs tout l’été sur votre lot familial?

Parallèlement à ce grand ménage des lots, le cimetière jérômien a entrepris d’être plus proactif dans son offre de services. Ainsi, on a récemment vu des publicités proposant une formule « tout inclus », comprenant une concession pour 50 ans, avec des espaces pour deux cercueils et deux urnes (ou huit urnes), ainsi qu’un monument déjà en place. « Les gens nous le demandaient », affirme la coordonnatrice.

Autre innovation : le cimetière proposera un service de fourniture et d’entretien de fleurs naturelles qui pourront agrémenter votre monument familial pendant toute la période estivale, moyennant un coût annuel ou pour cinq ans. Ce projet baptisé Le Bouquet du Souvenir sera officiellement présenté lors de la traditionnelle Fête du cimetière, le dimanche 9 septembre.

Cet événement populaire est une bonne occasion de découvrir ou redécouvrir le cimetière jérômien dont l’origine remonte à 1886, avec sa reproduction de la grotte de Lourdes et sa petite chapelle sous laquelle reposent 22 prêtres, dont le célèbre curé Labelle.

Publicité

Une application pour téléphones mobiles réalisée par la Société d’histoire de la Rivière-du-Nord, Promenade au Jardin des Souvenirs, vous aidera même à apprécier les attraits des lieux, ainsi que les monuments de célébrités qu’on y trouve.

Henri Prévost
Journaliste d'expérience, Henri Prévost couvre Saint-Jérôme et les Laurentides depuis 40 ans.

Send this to a friend