Affaires, Éducation, Lieux

Nouvelle vocation éducative pour l’ancien monastère des Recluses

Une esquisse montrant le futur complexe Amélio. On reconnaît aisément la chapelle de l’ancien monastère des Recluses missionnaires.
Une esquisse montrant le futur complexe Amélio. On reconnaît aisément la chapelle de l’ancien monastère des Recluses missionnaires.

L’ancien monastère des Recluses missionnaires, sur la route 117 à Saint-Jérôme, abritera bientôt un centre de formation, de recherche et de production vidéo dans le domaine de l’éducation des enfants.

Publicité

Le complexe Amélio est une initiative de l’Académie Dolfino qui, depuis une dizaine d’années, propose des formations pour les adultes dans les domaines de la santé, du développement personnel, des affaires et de l’éducation.

Des travaux de l’ordre de 2 M$ sont en cours depuis plusieurs mois pour réaménager l’ancien monastère, discrètement situé en haut de la «côte à Marcotte».

Les Recluses missionnaires, une petite communauté religieuse fondée en Alberta dans les années 1940, avait érigé ce bâtiment en 1957 et l’ont occupé jusqu’en 2010. Le Centre Bonséjour, spécialisé dans le traitement des toxicomanies, s’y était établi l’année suivante, mais a déménagé depuis à Sainte-Adèle.

D’importants travaux sont en cours depuis plusieurs mois pour transformer l’ancien monastère situé en-haut de la «côte à Marcotte», sur la route 117 nord à Saint-Jérôme.

Une méthode d’apprentissage par le jeu

La société Amélio se décrit comme créatrice de «méthodes de coaching et d’apprentissage accéléré par le jeu». Elle développe «des méthodes éducatives qui stimulent l’imagination, favorisent des relations coopératives et ouvrent de nouvelles perspectives saines et inspirantes».

Publicité

«Son programme visant les enfants de 2 à 12 ans s’adresse aux éducateurs dans les écoles primaires, mais aussi aux services de garde ainsi qu’aux familles», explique Éric Chagnon, co-fondateur de Dolfino et d’Amélio avec sa conjointe Catherine Dupuis. Elle-même enseignante, celle-ci avait commencé à développer ses méthodes d’apprentissage innovatrices à l’école Cavelier-De LaSalle à Montréal.

Le complexe de Saint-Jérôme, dont l’ouverture est prévue en juin, comprendra des salles de formation pour les éducateurs et les parents, un laboratoire de recherche en neuroscience, une garderie pour les enfants de 2 à 6 ans, où sera implantée la méthode d’enseignement Amélio, ainsi que des studios pour le tournage des vidéos de formation et de promotion du concept. Tant Amélio que Dolfino utilisent d’ailleurs à profusion les technologies audio-visuelles dans leurs activités.

ine Dupuis sont les cofondateurs de l’Académie Dolfino et de Amélio.
Éric Chagnon et Catherine Dupuis sont les cofondateurs de l’Académie Dolfino et de Amélio.

Une équipe de 30 personnes

Au départ, une trentaine de personnes travailleront dans les installations jérômiennes, affirme M. Chagnon, qui prévoit que cet effectif augmentera par la suite.

De plus, les fondateurs souhaitent l’ouverture d’autres centres semblables sous forme de franchises, non seulement au Québec, mais également dans la francophonie européenne (France, Belgique, Suisse), où Dolfino a déjà dispensé des formations. «Plus tard, nous pensons aussi développer le marché anglophone», précise Éric Chagnon.

Services locaux

Le développement d’autres programmes éducatifs adaptés pour des enfants plus âgés(7 à 12 ans, 13 à 17 ans), de même que des programmes spécialisés d’éducation aux adultes font aussi partie des projets d’Amélio.

Henri Prévost
Journaliste d'expérience, Henri Prévost couvre Saint-Jérôme et les Laurentides depuis 40 ans.

Send this to a friend