Affaires, Lieux

Plus de maisons vendues et les prix montent en 2017 dans Rivière-du-Nord

Le marché de la revente résidentielle a été très actif en 2017 dans la région de Saint-Jérôme. Non loin de 2000 transactions ont été réalisées sur le territoire de la MRC Rivière-du-Nord.

Publicité

À Saint-Jérôme même, les 976 ventes recensées représentent une croissance de 11 % par rapport à 2016, selon les données de Centris.ca, l’outil de référence dans ce domaine, qui enregistre les transactions effectuées via les agences immobilières. Comme on estime que trois ventes sur dix sont faites directement par le propriétaire, le nombre réel de propriétés qui ont changé de main devrait dépasser 1200 à Saint-Jérôme.

Le marché des condominiums est surtout responsable de cette forte progression. Les 206 condos vendus témoignent en effet d’une hausse de 49%. Les immeubles de 2 à 5 logements(plex) ont aussi eu la cote avec une hausse de 15%, pour un total de 116 propriétés vendues. Pendant ce temps, le secteur des résidences unifamiliales affiche une croissance plus conservatrice, soit 2%.

Entre 217 850$ et 263 000$ pour une unifamiliale

Le prix médian d’une maison à Saint-Jérôme s’est accru de 3 % par rapport à 2016, pour atteindre 217 850$. En revanche, les condos ont vu leur prix médian reculer de 2 %, à 135 000$, ce qui peut expliquer qu’ils se soient vendus en grand nombre. Cela dit, malgré des transactions en forte hausse, les plex ont vu leur prix médian grimper de 20%, atteignant 306 137$.

Dans les autres villes de la MRC, Prévost se retrouve de nouveau en tête pour ce qui est de la valeur des maisons unifamiliales. Leur prix médian a progressé de 6% pour s’établir à 263 000$. Un peu plus de 200 transactions ont été enregistrées dans cette ville en 2017, une croissance significative de 18%.

Publicité

C’est toutefois Saint-Hippolyte qui s’est le plus démarquée avec une augmentation de 21% du nombre de transactions, pour un total de 181. Le prix médian des maisons y a en outre progressé de 15% pour s’établir à 212 500$.

Situation plus stable à Sainte-Sophie, où les 238 ventes représentent une hausse de 5%, pendant que le prix médian d’une unifamiliale grimpait de 4%, à 208 650$. Quant à Saint-Colomban,  on a paradoxalement assisté à un recul de 9% du nombre de transactions, pour un total de 225. Le prix médian des maisons s’y est tout de même accru de 10%, pour atteindre 255 000$.

Délai moins long pour vendre

En général, le délai de vente pour une propriété a diminué en 2017 dans la région jérômienne. Ainsi, à Prévost, il fallait en moyenne 112 jours pour trouver un acheteur, soit 23 jours de moins qu’en 2016.

Ce constat ne s’applique cependant pas aux condos et aux plex de Saint-Jérôme, où le délai de vente a plutôt augmenté de 7 et 6 jours respectivement. C’est néanmoins dans cette ville que les maisons unifamiliales se sont vendues le plus vite, soit en 98 jours en moyenne.

Services locaux

La valeur total des transactions recensées par Centris.ca sur le territoire de la MRC Rivière-du-Nord dépasse 425 M$. À l’échelle du Québec, où le marché immobilier a également été très actif en 2017, les ventes résidentielles ont représenté plus de 24 milliards $. Le prix médian d’une résidence unifamiliale s’y est établi à 242 500$.

À la Chambre immobilière des Laurentides, la directrice générale Josée Courville confirme que 2017 a été une «excellente année». Puisque le territoire couvert par son organisme couvre plutôt le nord de Saint-Jérôme, Mme Courville évoque entre autres les belles performances réalisées à Sainte-Agathe, Mont-Tremblant et Saint-Sauveur. Elle n’en constate pas moins la vigueur du marché immobilier dans le secteur de Saint-Jérôme.

Ça regarde bien pour 2018 aussi

«L’année 2018 semble vouloir poursuivre dans la foulée de 2017», affirme la directrice de la chambre régionale. Traditionnellement consacré à l’immobilier résidentiel, l’organisme, auquel 50 agences représentant 550 courtiers sont affiliées, entend dorénavant aussi mettre l’emphase sur le secteur commercial, qui constitue une réalité économique importante en immobilier dans les Laurentides.

Copropriétaire de l’agence Royal LePage Plus à Saint-Jérôme, Ronald Lécuyer dresse lui aussi un bilan très positif de la dernière année, sans toutefois identifier une cause particulière à ce succès. «On surfe sur la vague du grand Montréal», croit-il.

Publicité

Au sujet de la forte croissance de ventes de condominiums, Ronald Lécuyer demeure prudent. «Il s’en est construit beaucoup ces dernières années : c’est normal qu’il y en ait plus sur le marché et, donc, qu’il y ait plus de ventes», constate-t-il. Et la baisse du prix médian témoigne d’une certaine saturation du marché des condos.

Quant à l’année qui s’amorce, les nouvelles restrictions en assurance hypothécaire pourraient un peu freiner l’élan, estime le courtier, également conscient de l’impact des «incertitudes politiques» au niveau mondial. «Royal LePage n’en prévoit pas moins une croissance d’environ 5%  au Canada», conclut-il.

Henri Prévost
Journaliste d'expérience, Henri Prévost couvre Saint-Jérôme et les Laurentides depuis 40 ans.

Send this to a friend