Élections, Politique

Des élections dans six districts de Saint-Jérôme dimanche

À la veille des élections municipales à Saint-Jérôme, les deux principales questions encore sans réponse sont à savoir quel sera le taux de participation,  ainsi qu’à savoir si les électeurs manifesteront leur désaccord avec le parti de Stéphane Maher à la suite de l’exclusion des conseillers Mario Fauteux et André Marion.

Sept élus sans opposition

Le maire et six de ses conseillers sont déjà élus sans opposition, c’est donc dire que Stéphane Maher, Benoit Beaulieu, Bernard Bougie, Benoît Delage et la présidente du parti de Stéphane Maher Johanne Dicaire, tous des conseillers sortants, seront de retour à la table du conseil.

Deux nouvelles venues y siégeront également. Chantale Lambert, dont la candidature avait été annoncée il y a plusieurs mois, et Sophie Saint-Gelais, dont la candidature a été révélée quelques heures avant la limite des mises en candidature.

Publicité

Six districts contestés

Parmi les candidats qui sont en élection le dimanche 5 novembre, on compte dans le district 11 le conseiller sortant Gilles Robert, maire suppléant en titre depuis 4 ans. M. Robert est opposé à l’indépendant Michael Njong.

Dans le district 2, la conseillère sortante Colette Thibault défendra son siège contre Mylène Laframboise, du parti du maire Maher, elle aussi une candidate qui a été révélée à la date limite des mises en candidature.

Dans le district 3, le conseiller sortant François Poirier défendra son siège contre Ghislain Mireault, un candidat indépendant.

Dans le district 4, Érik Bak est le candidat de Vision Saint-Jérôme, il sera opposé au candidat indépendant Michel Brière.

Publicité

Dans le district 10, Janice Bélair-Rolland est la candidate de Vision Saint-Jérôme. Elle sera opposée au candidat indépendant Réal Fréchette, qui mène une lutte pour sauver un ruisseau et une cascade qui traversent un terrain privé où on trouvera prochainement un développement immobilier.

Enfin dans le district 12, la conseillère sortante Nathalie LaSalle de Vision Saint-Jérôme défendra son siège contre Marcel Mireault, un candidat indépendant.

Des «ex» appuient les candidats indépendants

L’ex-conseiller municipal et candidat à la mairie en 2013 Martin Pigeon a invité les électeurs du district 11 à voter massivement pour Michael Njong, un candidat indépendant.

L’invitation suit un commentaire formulé par M. Pigeon sur un réseau social, où il affirme ne pas être surpris du comportement de Maher face aux conseillers Fauteux et Marion, qu’il a exclus de son parti.

Pigeon accuse le maire Maher de vouloir bien paraître en tassant Mario Fauteux et en rappelant ses anciens liens avec l’organisation du maire Marc Gascon. Il s’est aussi dit très inquiet que le maire ait invoqué une enquête du BIPA, un organisme qui doit être complètement indépendant de l’administration municipale, pour exclure Fauteux.

Publicité

Pigeon a dit espérer que les citoyens empêcheront le conseil municipal d’être unanimement derrière Maher, et qu’ils «enverront un vrai message» en élisant des candidats indépendants.

Pigeon est l’un de deux ex-candidats à la mairie défaits par Stéphane Maher en 2013 à plaider en faveur d’élire des candidats indépendants afin de créer une saine opposition à l’hôtel de ville. Alain Langlois a aussi fait une intervention publique dans le même sens.

M. Pigeon et Alain Langlois étaient tous deux candidats en 2013. Le total combiné de leurs votes est à peu près égal aux voix exprimées en faveur de Maher. Dans une lutte à quatre en 2013, M. Maher avait récolté 39% des voix, devant Martin Pigeon à 26%, Yves Charette à 22% et Alain Langlois à 13%.

Des questions à propos de Mylène Laframboise

Quant à Alain Langlois, il a formulé des critiques semblables à celles de M. Pigeon, exprimant des doutes sur le lieu de résidence de la candidate Mylène Laframboise ainsi que des réserves quant à sa relation avec le chef de cabinet du maire, Simon Geraghty.

Dans les faits, Mme Laframboise a indiqué habiter une maison de la rue Fournier, comme en fait foi sa signature sur le bulletin de candidature de Sophie St-Gelais. La maison, selon le rôle d’évaluation de Saint-Jérôme, appartient à son père, Georges Laframboise.

Elle a été, dans le passé, assez près de Simon Geraghty pour dire de lui qu’il était «l’homme de sa vie», mais cela dans une vidéo vieille de six ans, alors qu’elle et M. Geraghty étaient propriétaires d’un cinéma à Mont-Tremblant. L’entreprise a récemment déclaré faillite.

Les allégations de M. Langlois ont irrité la conseillère et porte-parole de l’Équipe Stéphane Maher, Sophie St-Gelais, qui y a plutôt vu des propos misogynes et qui a demandé à Alain Langlois de retirer ses paroles, affirmant clairement que Mylène Laframboise n’est «absolument pas» en couple avec Simon Geraghty.

Mme Saint-Gelais a confirmé à TopoLocal qu’elle était bel et bien l’auteure de ce commentaire.

Charles Michaud
Cofondateur de TopoLocal, Charles Michaud a consacré 35 ans ans de sa vie professionnelle à l'information locale et régionale. On peut lui écrire à cm@topolocal.ca.

Send this to a friend