• TopoLocal recommencera à publier début août. Profitez de l’été… ou faites un quiz!

Incidents, Lieux, Personnes, Santé

Les premiers répondants iront jusque sur l’eau à Saint-Hippolyte

À la caserne de Saint-Hippolyte pour annoncer le service de premiers répondants, on retrouve Stephen Canestrari, directeur de la sécurité incendie, le maire Bruno Laroche, les conseillers Gilles Beauregard et Denis Lemay, ainsi que Marco Blanchet, coordonnateur des services préhospitaliers d'urgence au CISSS des Laurentides, le 10 mai 2017.

Utiliser les services de premiers répondants pour les situations d’urgence, c’est gagner les quelques minutes qui, dans certains cas, peuvent faire la différence entre un incident et une tragédie, entre un danger vite écarté et des conséquences graves, et, parfois, entre la vie ou la mort. Dès le 15 mai, ce type de service sera disponible sur le territoire de Saint-Hippolyte.

Les pompiers sont tout près

Dans le cas d’une municipalité comme Saint-Hippolyte, les pompiers locaux connaissent le territoire et sont entraînés pour répondre aux appels urgents: ils sont de loin les mieux placés pour intervenir rapidement.

Les premiers répondants ont comme rôle de prodiguer des soins de santé de base en cas d’urgence.

«Ils travaillent en étroite collaboration avec les paramédics. Les premiers répondants contribuent à réduire les cas de mortalité et à réduire le gravité des séquelles par leurs interventions. Ils sont formés pour intervenir en cas d’arrêt cardio-respiratoire, d’obstructions respiratoires, de chocs anaphylactiques et de traumatismes. Déjà nous avons formé 12 pompiers de Saint-Hippolyte et nous en formerons six de plus prochainement», dit Marco Blanchet, coordonnateur des services d’urgence préhospitaliers au Centre intégré de santé et de services sociaux(CISSS) des Laurentides.

Une formation continue

Il faut ajouter que les premiers répondants suivent deux fois l’an des formations d’appoint afin d’être toujours bien préparés. «Pratiquer une réanimation sur les lieux d’une urgence, ça doit se faire avec assurance et rigueur, nos premiers répondants doivent s’exercer régulièrement si on veut qu’ils soient prêts le temps venu», ajoute Marco Blanchet.

Sur les lacs de Saint-Hippolyte

Les plaisanciers et riverains qui profitent de la soixantaine de lacs situés sur le territoire de la municipalité de Saint-Hippolyte pourront désormais compter aussi sur une patrouille de sauvetage nautique.

Entouré de quelques responsables, le maire Bruno Laroche a confirmé que le nouveau service sera offert par tous les pompiers de la municipalité.

Dans une formation sur mesure d’une durée de 16 heures, les sauveteurs ont appris les particularités du sauvetage aquatique.

Cela inclut la conduite d’un bateau en situation de sauvetage, comment approcher de façon sécuritaire une embarcation en situation de danger, ainsi que les particularités du secours à des personnes quand on se trouve sur l’eau. Les officiers ont reçu une formation additionnelle en gestion des opérations nautiques.

Un canot pneumatique équipé

Pour offrir ce nouveau service, Saint-Hippolyte a acheté un canot pneumatique d’une capacité de quatre personnes. Comme certains lacs sont difficiles d’accès, l’embarcation est légère et facilement transportable.

Pour le maire, le grand nombre de lacs à Saint-Hippolyte justifie facilement l’investissement. «Avec plus de 60 lacs sur notre territoire, nous sommes confrontés à des urgences nautiques chaque année. Les pompiers seront donc en mesure d’intervenir adéquatement et ce, avec l’équipement et la formation nécessaires. Nous souhaitons ainsi assurer la quiétude des riverains comme des villégiateurs qui profitent de nos nombreux plans d’eau pendant la saison estivale.»

Le bateau sera disponible à la caserne du boulevard des Hauteurs afin de pouvoir être rapidement emmené sur tout le territoire de Saint-Hippolyte. En plus du canot pneumatique, des vêtements isothermiques, du cordage, du matériel de récupération et du matériel d’identification font aussi partie du matériel de sauvetage.

Charles Michaud
Cofondateur de TopoLocal, Charles Michaud a consacré 35 ans ans de sa vie professionnelle à l'information locale et régionale. On peut lui écrire à cm@topolocal.ca.

Send this to a friend