Culture, Films

Bon Cop Bad Cop 2: pour le «fun»

Bon Cop Bad Cop 2 vous fera vivre des poursuites d’autos, des bagarres, de l’action et des moments touchants, mais d’abord et avant tout, il vous fera rire souvent.

C’est une histoire complètement nouvelle qui n’est pas une suite au premier film de la série.

Le film est une autre aventure du duo policier improbable de David Bouchard(Patrick Huard) et Martin Ward(Colm Feore). Ils se retrouvent dix ans après les événements du premier Bon Cop Bad Cop.

C’est aussi, pour le spectateur, une expérience qui ressemble beaucoup à un show d’humour. Et pas n’importe quel humoriste. C’est Patrick Huard qui a produit le film, écrit le scénario et qui y campe le rôle principal.

Bref, si vous aimez rigoler, vous aurez du fun.

Une fois, c’est deux gars…

Tout le film repose sur les aventures d’un détective québécois un peu délinquant et pas toujours à l’aise avec l’autorité et un inspecteur de la GRC anglophone qui est plutôt du genre by the book.

C’est un buddy movie dont le charme repose sur l’amitié particulière des deux têtes d’affiche, et sur les situations loufoques dans lesquelles ils se retrouveront.

L’univers de Patrick Huard, c’est pas mal une affaire de gars. Ne cherchez pas de grands rôles féminins dans Bon Cop Bad Cop 2. Bien sûr Lucie Laurier et Sarah-Jeanne Labrosse y apparaissent, mais elles campent la femme du gars, et la fille du gars.

Le rôle féminin le plus marquant, de loin, est tenu par Mariana Mazza, une sorte de geek du cyber-espionnage qui travaille pour la police. Son personnage est coloré et original, et, pour ceux qui se souviendront, rappelle la présence de Louis-José Houde dans le premier film.

Et là encore, Mariana navigue dans un univers de gars. Pas grave puisque son personnage avouera dans le film avoir un index de testostérone élevé: «Les filles sont à 2, les gars sont à 7, pis moi j’suis à 9,2!»

Un plaisir à réaliser

«Mariana Mazza, c’est une idée de Patrick Huard, avec qui j’avais le goût de travailler depuis longtemps», a dit le réalisateur Alain Desrochers, de passage à Saint-Jérôme dimanche. «Dès l’étape du casting, quand elle est venue lire les textes et s’est mise à improviser, elle nous a jetés à terre», se souvient-il avec un large sourire.

Alain Desrochers est un réalisateur de métier. Outre le tout nouveau Bon Cop Bad Cop, on lui doit, entre autres, les films Nitro, Gerry, de même que la première saison des Bougon et la télésérie Musée Eden.

Sur les écrans cette semaine

Bon Cop Bad Cop 2 sera à l’affiche dans plusieurs cinémas cette semaine. Il sera entre autres présenté dès jeudi au Cinéma du Carrefour du Nord à Saint-Jérôme et au Cinéma Pine de Sainte-Adèle.

Charles Michaud
Cofondateur de TopoLocal, Charles Michaud a consacré 35 ans ans de sa vie professionnelle à l'information locale et régionale. On peut lui écrire à cm@topolocal.ca.

Send this to a friend