Culture, Personnes, Sports

Saint-Jérôme est le quartier général de l’Association nationale de poches

La bande de joyeux copains derrière la fondation de l’Association nationale de poches: Marc Lajoie, Martino Milfort, Daniel Hébert, Rock Charron, Martin Gilbert et Benoît Désautels entourent Josée Breton.

Ils sont les fondateurs de l’ANP. Oui, vous vous en doutez bien, l’Association nationale de poches. Traitez-les de fous, de drôles de sportifs, de marginaux, d’originaux…

Publicité

Ajoutez tous les qualificatifs que vous voudrez, mais les adeptes du jeu de poches continueront d’avoir du plaisir en masse en pratiquant cette activité qui n’a rien à voir avec le jeu de poches qu’on trouve probablement dans tous les chalets et les campings.

Dès le premier coup d’oeil, le jeu de poches de l’ANP est différent. Fini le truc de lancer la poche vers la cible en espérant que le hasard vous accordera 25, 100 ou 500 points. La planche officielle de l’ANP possède un seul trou: faut viser juste!

Cette version à un seul trou du jeu si familier n’est pas du tout rare au Québec. On nous dit qu’au lac Saint-Jean, cette forme de jeu est la plus répandue.

Et puisqu’au lac Saint-Jean on ne fait rien comme ailleurs, on dit même là-bas, paraît-il, jouer à la poche et non aux poches. Comme quoi la diversité culturelle est parfois bien plus grande qu’on ne le croit…

Un jeu différent, un même plaisir

Inspiré du cornhole américain, il se joue sur une distance de 25 pieds,. La cible ne comporte qu’un seul trou dans lequel il faut lancer une poche cousue qui contient des grains de maïs (d’où le nom cornhole).

Publicité

Les adeptes ont tendance à décorer leur jeu selon leurs affinités. On en retrouve donc aux couleurs de certaines équipes de hockey, de marques d’automobiles, ou même, comme dans ce cas-ci, aux couleurs du club français de soccer Paris St-Germain.

En fait, cette bande de fous a un côté sérieux. Pas au point de se prendre au sérieux, mais juste assez pour organiser sérieusement leur activité préférée.

C’est donc dans la région de Saint-Jérôme, à l’initiative d’une poignée d’amis, qu’est née l’Association nationale de poches, à l’hiver 2017. Un véritable OSBL(organisme sans but lucratif) avec des règles et tout le reste, mais surtout une façon de regrouper des gens qui veulent s’amuser. «Ça se pratique dans un cadre festif, dans les familles où on sait s’amuser et où les partys ne finissent plus», explique le fondateur et président de l’ANP, Benoît Desautels.

Publicité

«C’est un petit buzz qu’on a eu, une gang de chums, depuis environ 5 ans. Cette année, on se lance officiellement: on devient un organisme reconnu parce qu’on veut encourager la pratique de notre sport et on souhaite être une référence au niveau des règlements, des dimensions de jeu, etc.»

«Plus facile qu’aux fers»

Benoît Desautels est convaincu et convaincant. «C’est un jeu qui est automatiquement l’fun! Installez ça dans une cour et vous avez tout à coup un party instantané. Tout le monde peut jouer, peu importe son âge. C’est plus facile qu’aux fers (et moins dangereux) et c’est moins chiant qu’aux washers!» Voilà, le mot est lâché.

L’ANP a un site internet, où l’on peut trouver les règles du jeu, les plans pour fabriquer son propre jeu, des informations sur les activités de l’association ainsi que les modalités d’inscription, et une page Facebook(ANP Québec).

Publicité

Un groupe enthousiaste se retrouvait au restaurant-école Neurones et Papilles pour le lancement, le 21 mars. Oubliez la NBA, la NFL, la NHL et tous les autres: on se retrouvait entre membres de l’ANP!

Charles Michaud
Cofondateur de TopoLocal, Charles Michaud a consacré 35 ans ans de sa vie professionnelle à l'information locale et régionale. On peut lui écrire à cm@topolocal.ca.

Send this to a friend