Affaires, Incidents

Lunettes gratuites à vie si vous identifiez le voleur

Roni Daoud, optométriste et copropriétaire de la boutique Curyeux de Saint-Jérôme.

La promesse du docteur Roni Daoud est formelle. Si quelqu’un peut lui fournir des informations menant à l’arrestation de l’auteur d’un vol dans sa clinique d’optométrie, «ses lunettes seront gratuites de chez moi pour le restant de sa vie. Honnêtement c’est un cadeau que je ferais avec plaisir!»

Publicité

TopoLocal a rencontré le docteur Daoud quelques jours après un vol survenu à sa clinique d’optométrie Curyeux de Saint-Jérôme. Récemment déménagés, l’optométriste et ses associés ont été victimes de voleurs qui ont profité de l’occasion pour fuir avec des montures neuves valant des milliers de dollars.

La clinique Curyeux de Saint-Jérôme était installée sur le boulevard de La Salette dans le secteur Bellefeuille depuis plusieurs années. Depuis décembre, elle est sur la rue Valmont, accessible par le boulevard du Grand-Héron, près de l’autoroute 15.

«On est très fiers de notre boutique, et le déménagement ici nous a permis d’aménager le local vraiment à notre goût», dit M. Daoud, avec une fierté bien sentie malgré l’amertume des événements survenus.

Quelques heures de vulnérabilité

«Au beau milieu de tout le travail de déménagement, on a subi ce malheureux bouleversement. Après tous les investissements qu’on a faits au niveau de la sécurité, on ne s’attendait vraiment pas à être frappés dans un bref moment de fragilité, quand on s’y attendait le moins. Ce qui s’est passé, c’est les 2, 3 et 4 décembre alors qu’on a commencé à déménager. Nous en étions à finaliser nos installations.»

Publicité

Durant le week-end, on avait installé tout notre système de sécurité, une douzaine de caméras, plus un système de grillage, ça représente plus de 30 000$ en appareils de sécurité.»

Le docteur Daoud ajoute que la boutique comptait alors environ 150 000$ d’inventaire en montures, dont une partie considérable encore dans des boîtes, réservées pour les étalages du nouveau local.

«Le dimanche soir 4 décembre, vers 18h30, on a transporté les boîtes, dont plusieurs pleines de montures. Et à 21h30 on a subi un vol, 30 minutes après la fermeture des magasins voisins.»

Services locaux

Des voleurs préparés

«Nous croyons, et c’est aussi ce que pense la police, que quelqu’un nous a ciblé et nous a suivi. Nos vidéos montrent qu’ils se sont promenés dans le magasin en cherchant des boîtes. Ils cherchaient des boîtes neuves car ils savent certainement qu’avec les boîtes originales, la marchandise volée sera plus facile à vendre sur internet», dit M. Daoud. Il a ajouté qu’il y avait bien d’autres montures dans la boutique, toutes aussi dispendieuses, qui auraient été faciles à voler, mais qu’ils les ont laissées derrière parce qu’ils auraient alors dû chercher les boîtes.

«Sur la vidéo, on voit un individu se promener avec un walkie-talkie qui cherche de toute évidence les boîtes de montures. Les voleurs avaient des cagoules sur la tête et ont ignoré les caméras de surveillance.»

M. Daoud raconte que les auteurs du vol n’ont manifesté aucun intérêt pour les équipements médicaux ou pour aucun autre objet de valeur. Pour lui, c’est clair qu’ils ciblaient des montures neuves dans des boîtes originales.

«On les voit entrer, repérer les produits, puis revenir vingt minutes plus tard pour tout embarquer. On pense qu’ils ont voulu s’assurer qu’il n’y avait pas d’alarme silencieuse et s’éloigner au cas où la police arriverait. Malheureusement, une des lignes [téléphoniques] du système ne fonctionnait pas et l’alarme n’a pu être donnée à distance. Seule consolation, nous avons des vidéos de surveillance pour mieux comprendre ce qui s’est passé.»

Publicité

Un vol qui fait mal

«Toutes les gammes de montures qu’on voulait mettre en montre, les Tiffany, les Tom Ford, etc., tout ça, on n’en a pas eu pendant le temps des Fêtes. Des clients déçus ont annulé des commandes. On a donc raté notre saison. J’en suis encore secoué. C’est très préoccupant de sentir que l’on n’est pas en sécurité et qu’on peut être sous surveillance par des gens mal intentionnés.»

Le docteur Daoud a expliqué qu’il s’est remis au travail afin de rebâtir un inventaire. «Nous sommes des optométristes d’abord, donc nous tenons à offrir même à ceux qui ont un budget restreint un produit économique mais qui est d’une bonne qualité. Ça nous impose d’avoir un inventaire considérable.»

Publicité

Send this to a friend