Politique

Rhéal Fortin ne sera pas le prochain chef du Bloc québécois

Le député de Rivière-du-Nord et chef intérimaire du Bloc québécois, Rhéal Fortin.

Le député de Rivière-du-Nord Rhéal Fortin a confirmé ce qu’il avait laissé entendre en acceptant le poste de chef intérimaire du Bloc Québécois. Il ne sera pas candidat à sa propre succession.

Publicité

Il n’a cependant rien perdu de sa conviction quant à la nécessité du Bloc québécois à Ottawa. Et a réitéré son désir de bien mener la barque de son parti jusqu’à une course au leadership qui aura lieu le plus rapidement possible en 2017.

Une déclaration officielle

Le texte d’une déclaration formelle qu’il a lue au foyer de la Chambre des communes, se lit ainsi:

«Au cours de la dernière année, le Bloc québécois a accompli un travail extraordinaire. Et surtout, un travail essentiel. Nous y reviendrons lors du bilan de la semaine prochaine, mais je peux affirmer que sans le Bloc à Ottawa, il n’y a personne pour défendre les intérêts du Québec d’abord et avant tout.

«La baisse des transferts en santé et les conditions imposées, la concurrence déloyale de Muskrat Falls, l’opposition à Énergie Est, la défense de nos producteurs fromagers, la crise du bois d’œuvre qui pointe à l’horizon ou l’attaque sans précédent contre la Loi sur la protection du consommateur du Québec: les exemples sont nombreux. Le Bloc a mené de l’avant des dossiers qui, sans notre présence, n’auraient pas été menés.

Publicité

«Le Québec a encore besoin du Bloc. À Ottawa, on dirait que pour faire avancer le Canada, il faut que le Québec recule. On dirait que défendre les intérêts du Canada, ça signifie s’en prendre à ceux du Québec.

Mais on était là. 2016, ça aura été l’année de la renaissance du Bloc. 2017 va être une grosse année aussi. En février, le Bloc Québécois tiendra un conseil général qui portera sur les modalités de la prochaine course à la direction.

Depuis le départ de Gilles Duceppe, j’assume l’intérim de la chefferie. Il est essentiel maintenant qu’on se donne un chef prêt pour la prochaine campagne électorale.

D’ici là, je continuerai évidemment à assurer l’intérim et c’est donc tout naturel que je ne sois pas candidat à ma propre succession.

Services locaux

Le Bloc Québécois aura, comme c’est la mode dans à peu près tous les partis politiques par les temps qui courent, une course à la chefferie en 2017… qui se tiendra le plus rapidement possible.

Le Bloc Québécois devient à proprement parler le seul parti capable de faire face aux libéraux en 2019. Un parti enraciné qui compte sur des milliers de militants. Le peu d’attention que les partis fédéralistes ont pour le Québec témoigne de notre pertinence.

Le Québec a besoin du Bloc. Et le Bloc a besoin d’un chef. Un chef qui pourra compter sur mon soutien et sur celui, j’en suis certain, de tous les membres du caucus.

C’est ce qu’on va se donner en 2017.

Publicité

Dans le meilleur intérêt du Bloc et surtout du Québec.

Je vous remercie.»

TopoLocal
Commentaires, informations, erreurs? Écrivez à topo@topolocal.ca, en toute discrétion. Les articles qui portent la signature de TopoLocal contiennent des informations provenant de sources officielles et/ou fiables. Ils ont été traités par notre service d'information pour qu'ils soient clairs et faciles à lire.

Send this to a friend